Samedi 21 janvier : Chiffres précis et compte-rendu détaillé de la réunion plateformes / associations de chauffeurs du 20 janvier 2017

Chiffres précis et compte-rendu détaillé de la réunion plateformes / associations de chauffeurs du 20 janvier 2017
Après un rappel de la méthode utilisée : audition des chauffeurs et transmission par les plateformes des données confidentielles, le Médiateur a rappelé l’objectif de la réunion d’élaborer d’un diagnostic partagé. La méthode de calcul des revenus des chauffeurs doit tenir compte des éléments suivants :

– calcul d’un chiffre d’affaires brut au mois à partir d’une moyenne horaire.

– déduction de la commission des plateformes en prenant comme référence les 25 %, la fourchette haute de la plateforme la plus importante du marché.

– pas de TVA car celle perçue est récupérée par les chauffeurs. C’est que l’analyse est faite sur le cas d’un chauffeur VTC travailleur indépendant affilié au RSI.

– les charges liées au véhicule comprennent le coût du véhicule lui même, les assurances, l’entretien, le nettoyage, les frais de parking et le carburant.

– les autres charges sont les frais de gestion, frais de représentation, téléphonie et divers.

Après un échange sur le montant du CA horaire la somme de 21 à 23 euros brut de chiffre d’affaires est considérée comme représentative de la moyenne. Elle est jugée un peu faible par certaines plateformes et un peu élevée par certaines associations de chauffeurs.

De ce fait et compte tenu du niveau différent de la commission de plateforme (entre 20 et 25% en général), le chiffre d’affaires horaire après prélèvement de la commission de la plateforme s’établit entre 16 et 18 euros. 

Ainsi, le chiffre d’affaires mensuel est de 2800 à 3100 euros pour 40h hebdomadaires et de 4100 à 4600 euros pour 60 heures hebdomadaires.

Sur ce montant brut les charges ont été retenues dans une fourchette entre une évaluation haute et une évaluation basse :

– les charges liées au véhicule sont évaluées entre 1800 et 2300 euros en fonction du type de véhicule et de son mode de financement, les autres charges liées au véhicule (entretien, nettoyage, parking et carburant) étant évaluées à environ 1100 euros mensuels (le carburant variant avec le kilométrage et donc la durée de l’activité)

– les autres charges (comptabilité, téléphonie, représentation, restauration, divers) sont évaluées entre 250 et 640 euros. L’écart entre les deux chiffres, qui est important, est principalement lié à la prise en compte (par des associations de chauffeurs) ou non (par le médiateur) des frais de restauration en cours d’activité

Le total mensuel des charges s’établit entre 2000 et 2900 euros, les deux principaux écarts portant sur le charge d’acquisition ou de location du véhicule lui même et la prise en compte ou non des frais de restauration pendant l’amplitude d’activité.

Sur la base de 40 heures d’activité hebdomadaires, le revenu mensuel du chauffeur (chiffre d’affaires mensuel net de commission plateforme moins total des charges) s’élève entre zéro et 1100 euros desquels il faut déduire le coût de la protection sociale évaluée, pour un indépendant au RSI autour de 30% du revenu.

Ainsi, l’activité ne permet pas de dégager un revenu décent sur la base de 40 heures d’activité hebdomadaire.

Sur la base de 60 heures d’activité hebdomadaire, le revenu mensuel du chauffeur s’établit entre entre 1200 et 2600 euros. La fourchette est large car l’écart de chiffre d’affaires horaire (21 à 23 euros) à un impact d’autant plus fort que la durée d’activité est longue. S’y ajoute principalement la fourchette large du coût du véhicule et la prise en compte ou non des frais de restauration pendant l’activité.

Déduction faite du coût de la couverture RSI, le solde disponible net pour le chauffeur s’établit entre 800 et 1800 euros: la fourchette est large et exprime l’écart entre un revenu décent et un qui ne l’est pas.

Ce qui paraît raisonnable et pertinent est de retenir le scénario correspondant à un chauffeur normalement professionnel et donc dégageant grâce à la bonne maîtrise de son activité un chiffre d’affaire horaire de 23 euros, soit le haut de la fourchette moyenne, tout en maîtrisant correctement ses charges notamment de véhicule. la moyenne pour le revenu.

Le revenu mensuel net de ce professionnel est alors autour de 1700 euros, entre 1600 et 1800 euros.

Publicités

14 réflexions sur “Samedi 21 janvier : Chiffres précis et compte-rendu détaillé de la réunion plateformes / associations de chauffeurs du 20 janvier 2017

  1. Bonjour Monsieur le Médiateur, partons du principe que les chiffres que vous avancez son réel, bien que vous oublier de mentionner les périodes creuses de l’année où le chiffre d’affaire est plus proche des 15-16€ de l’heure.

    1700€ par mois pour un salarié bénéficiant de congé payé c’est déjà en dessous du smic, donc rajouter à ca la pénibilité du travail, les vacances pris par le chauffeur on est en dessous de 6€ net de l’heure, vous considérez peut être cela comme un revenu décent ?

    Deuxième point, vous nous indiquer que la bonne maîtrise du métier permet de tourner à 23h de l’heure, à n’importe quel période de l’année ( ce que nous avons tous du mal à faire un heure PLEINE ) vous considérez dans un autre temps que l’on travail uniquement 30 minute par heure, bien que aujourd’hui pour pouvoir avoir un revenu horaire optimal, nous sommes obliger d’être constamment en mouvement ( oui c’est de la maraude électronique mais strictement aucun chauffeur ne pourrait retourner à la base ou s’arrêter après chaque course sur le lieu d’arriver du client sans avoir un revenu dans la fourchette basse et donc contrairement à ce que vous pouvez penser, on ne fait pas de micro sieste dans la voiture entre 2 course.

    J'aime

  2. Encore une fois : aucun chauffeur en gamme éco ne fait 23€ nets/heure de MOYENNE (après commissions). Ça-n’exis-te-pas !!! Et c’est très facile à prouver, un simple calcul à faire :

    – La vitesse commerciale moyenne d’un chauffeur VTC est d’environ 17 kms/heure (j’ai pris le même chiffre OFFICIEL que pour les taxis, qui bénéficient pourtant des couloirs de bus).

    – le kilomètre est facturé chez Uber et CP (les deux leaders du marché) entre 0,65 (Pool, la moitié des courses chez Uber) et 0,8cts, disons 0,75cts

    – La minute est facturée en moyenne 22 cts, après commissions

    Soit, en imaginant que le taux d’occupation moyen d’un chauffeurs est de 100%, le calcul est le suivant :

    15 x 0,75cts + 60 x 22cts = 26 TTC soit 23,63€ HT

    Maintenant, il faudra que vous nous expliquiez comment vous arrivez à trouver un CA moyen de 23€ nets EN MOYENNE sur l’année, sachant que les TRES bons chauffeurs ont un taux d’occupation d’environ 80%, et de 50% pendant les vacances scolaires (4 mois par an). En réalité, le CA moyen en 2016 a été entre 15 et 18€ de l’heure, pour ceux que vous appelez ‘les bons chauffeurs ». (A noter qu’il est plus facile d’être un « bon chauffeur quand on habite Paris où la banlieue huppée, car travailler uniquement pendant les heures de pointe quand on habite le 93, le 91, le 95 et le 77, ce n’est tout simplement ingérable à long terme) CQFD

    J'aime

  3. Monsieur Le médiateur

    Je suis définitivement en désaccord avec vos conclusions sur la rémunération moyenne retenue d’un chauffeur.

    Les chiffres telles réalisés sont inférieurs en la moyenne sur l’année entière 2016.

    La réalité est plutôt proche du bas de la fourchette.

    Ces estimations sont maquillées et montrent effectivement La rémunération dans des conditions idéales. C à dire Les meilleurs des cas.

    Je situe la moyenne à 1200€ Net pour 60 heures hebdomadaire. Et j’inclut Chauffeur Privé qui semble avoir une offre moins cher.
    Sans congés payés et sans indemnités maladie

    Je constate que rien n’est encore règlé et on continue dans la guerre des chiffres sans se baser sur des données statistiques fiables et des données indiscutables.

    Un exemple :
    uber a fait disparaître de son système toutes le données concernant mes fichiers et Mon activité durant les 4 mois que j’ai passé en utilisant leur service en 2015.

    Ils manipulent les données, Les archivent et font disparaître un historique gênant.

    Monsieur il faut simplement laisser faire le marché qui se regulera de lui même. À condition d’empêcher uber de décider seul des prix puisque ça fausse la règle du jeu.

    Une commission composée des plateformes des chauffeurs vtc et des taxis avec L’arbitrage de l’état, doit être capable de définir les tarifs. Et tester ces tarifs sur un an et ensuite modifier en fonction de la réalité et l’évolution du marché et de l’environnement social et fiscale.

    Il n’y a rien d’autre à faire.

    Bien à vous
    Marc H
    Collectif UVTC

    J'aime

  4. Monsieur Le médiateur

    Je partage avec vous cette publication adressée au chauffeurs pour les informer sur la réalité économique de leur activité. Et je le base uniquement sur les chiffres déclarés par Uber et rien d’autre.
    ——————–
    Comment uber fait payer ses charges et impôts au chauffeur? 6500€/an en plus de 12000€ de commission.

    Uber soutient au ministère hier que le CA moyen d’un partenaire est de 4000€ par mois. Il confirme aussi qu’il fait travailler 200000 chauffeurs. Et que ainsi chaque chauffeur gagne net après charges de 1400 à 1600€ par mois.

    Donc UBER GÉNÈRE par an (4000x20000x12) ajouté au CA DE HINTER ET DES AUTRES FILIALES

    – CA brut annuel
    1 MILLIARD d’€

    – COMMISSIONS NET D’UBER

    250 MILLIONS D’€ PAR AN

    Environ 1 M€ par jour travaillé

    Les 250 millions de commissions partent direct sur Les comptes d’uber à l’étranger sans payer ni charges ni impôts ni tva. Avec ça il paye leurs 50 employés et stagiaires et Les cadeaux aux clients généreusement et Les campagnes de pub sur le net pour 30M€. Le reste 220 M€ partent dans les poches de Kalanik et ses banquiers américains.

    Mais QUI PAIE POUR UBER?

    Tout n’est pas perdu pour l’état car
    LE CHAUFFEUR QUI PAIE LES OBLIGATIONS POUR UBER.
    Et Le gouvernement ferme les yeux.

    COMMENT?

    Les partenaires sont sensés payer sur les 250 M€

    25 M€ de tva 10%
    75 M€ de charges sociales
    25 M€ d’impôts IR
    ——–
    125 M€ total charges Uber payés par les chauffeurs/an

    Uber escroque les chauffeurs de 125 M€ par an en plus des 250 M€ de commissions.
    Un Total de 375 M€ payés par les chauffeurs pour Uber.

    En moyenne
    375 000 000€ / 20 000 = 18500€

    Chaque chauffeur paye pour Uber par an:
    12000 € de commission
    +6500 € de taxes et charges
    ———-
    18 500€ par an et par chauffeur

    C’est plus ce que gagne net Le chauffeur selon Le Kopp Le savant d’Uber.

    IL FAUT ARRÊTER CE MASSACRE.

    J'aime

  5. Bon, je ne vais pas par 4 chemins. Fin de la diplomatie d’hypocrite.

    Monsieur Le Médiateur

    Vous Nous comparez aux autres professionnels du transport comme Les caristes, conducteurs de bus, routiers, cheminots etc.

    Joli!

    Il a beau faire ses classes à la RATP je lui demande de me décrire les conditions de travail et de rémunération d’un conducteur de bus ???
    Il travaille 60h? 10h par jours sans coupures?
    Il gagne 700€/ 1600€ sans congés payés ? Comme vous venez de valider chez Uber?

    Monsieur Le médiateur vous êtes passé à côté de la question!

    Un cariste n’est pas soumis au régime Uber. Il a des heures à respecter et des coupures à observer et il est rémunéré décemment. Récupère ses week end et prend des congés payés. Il bénéficie de couverture sociale. Il est conventionné et sa rémunération est revalorisée tous les ans. Il fait 2500€ par mois net au minimum.

    Si vous considérez que uber offre un cadre d’emploi décent. Demandez lui de Salarier ses chauffeurs. On verra s’il continue à faire le beau.

    Retournez à la RATP Monsieur il vous diront ce qu’ils pensent de vos observations uberisantesque…

    J'aime

  6. Monsieur le Médiateur,

    Je suis abasourdi par l’aisance avec laquelle vous osez écrire le terme « revenu décent » en parlant de 1700€ en 60h! Sans congés payés et avec un risque élevé de burn-out et de somnolence au volant…tout ça pour 6€50/h, vous les feriez vous???Ce revenu, que vous considerez comme décent, est honteusement bas au vu de l’investissement argent-temps effectué par le chauffeur.

    Au vu du virage que commence à prendre cette « méditation », j’ai bien l’impression que l’état ai clairement pris position pour les « forts » et non pour les « faibles…

    Bien cordialement.

    J'aime

  7. La methodologie poursuivit et sa conclusion conduisent a une negligence majeure : vouloir comparer un revenu mensuel moyen d’un independant avec le smic et en conclure que le « salaire » des chauffeurs est correct (y compris malgre des horaires a rallonge).

    Or, chauffeur de VTC n’est pas conducteur de bus qui beneficie de conges et couvertures maladies. l’entrepreneur prend un risque certain qui doit etre finance par une marge permettant d’anticiper les coups durs : quelle est cette marge ?

    ce n’est pas simplement une couverture maladie qui corrigerait ce risque : quid d’une indisponibilite du chauffeur en pleine saison, au moment ou le revenu moyen se redresse ? quid d’un accident responsable, du paiement des franchises d’assurance, des impayes de ses propres clients (mais aussi ceux d’uber quand leur compte est falsifie) ?

    Ou est la marge de l’entrepreneur chauffeur ? Quel actif aura-t-il construit et pourra-t-il revendre ?

    Comment peut-il en un mot mettre de l’argent de cote pour son entreprise ?

    J'aime

  8. bonjour, Mr le rapporteur plusieurs choses à mettre en évidence

    comme vs l’avez remarqué nous ne gagnions absolument rien si nous faisons moins de 40h alors imagine la perte si nous partons en vacances (ça arrive) si ns sommes malades (ça arrive) si la voiture est en panne (ça arrive) etc puisque les charges fixe ne bouge pas a rentrer dans vos calculs de plus vs semblez oubliez les impondérables comme un pneu crevé une franchise d’assurance (800€ souvent) les amendes les problèmes de carrosserie dc votre calcul est virtuel votre calcul est celui d’une plateforme non soumis à la réalité du chauffeur

    Votre CA horaire de 23€/h ne correspond absolument à rien si ce n’est au meilleur periode de travail sept/dec hors vacances scolaires sinon le reste de l’année c’est du 15€/h ds le meilleur des cas

    vs semblez dans votre définition du bon chauffeur VTC promouvoir l’illégalité de la maraude cad le fait de circuler ou de stationner en quête ou attente de clientèle réservé aux taxis cette façon de travailler illégale et imposée par les plateformes est NON-VIABLE et est la source de nos problèmes en effet il est mécaniquement impossible de s’aligner sur les prix du taxi ce que nous impose les plateformes dans une fuite en avant folle en effet les taxis n’ont pas a payer 25%/35% de commission et même leurs TVA a des plateformes comme c’est le cas des VTC il faut des prix plus élevé et des commissions de 10% max et sans avoir à payer la TVA des ses boîtes pas d’autres issue

    deux issues, ou les chauffeurs sont indépendants et définissent leurs prix ou nous devenons salariés des plateformes puisqu’ils savent mieux que ns gérer ces affaires (ironie)

    cordialement

    PS je vous fait grace du travail au noir des loti et Capacitaire vs ns semblez pas vs en préoccuper même si cette concurrence déloyale des VTC honnête fait aussi parti problème et grande parti

    J'aime

  9. Bonjour Mr le médiateur, vous avez oublier de déduire les amendes.
    En effet, les amendes qu’on soit salarié ou indépendant ont les paye de notre poche, ce qui représente un risque du baisse du CA.
    De plus, la maraude électronique nous ais interdit, comment fait on quon on revoit une amende de 1500€?
    Les plateformes, nous insistes tout les jours à la maraude électronique !
    Merci pour votre réponse ..

    J'aime

  10. Bonjour M. le Médiateur

    Je ne sais de quelle source proviennent vos chiffres mais ils sont erronés. Sans doute des plateformes elles mêmes ou reflètent-elles uniquement des chiffres franciliens.

    Dans le sud nous sommes loin, très loin de ces chiffres et pour dégager un bénéfice net équivalent au SMIC, ce sont plus de 90h hebdomadaires qu’il faut réaliser.
    Cela ne tient évidement pas compte des 5 semaines de vacances annuelles ni des avantages sociaux acquis aux salariés.

    Je suis choqué de vos propos estimant que 1700€ pour 60h soient décent. Sans doute faites-vous partie des personnes qui paient leur pain au chocolat 0.15€? Quel est votre salaire horaire Monsieur?

    Pour conclure, je tiens mes rapports hebdomadaires à votre disposition et vous invite à passer une semaine (de 7 jours) de 05h00 à 19h00 dans mon véhicule. Ainsi, vous pourrez certainement vous faire une idée plus claire de la réalité sur le terrain

    Cordialement

    J'aime

  11. Tout le monde cite l’interdiction de maraude électronique sans préciser ce qu’elle implique : le VTC doit stationner hors de la chaussée dans un parking privé entre 2 courses commandées.
    Les taxis paient une autorisation de stationnement pour disposer au contraire du droit de maraude sur l’espace public.

    Où se trouvent les charges de stationnement des VTC dans les modèles économiques que vous présentez comme viable ? Les plate formes continuent de nier cette obligation qui est pourtant le socle de la différence entre un taxi, occupant librement l’espace public, et un VTC, transporteur privé.

    Vous suivez leur raisonnement illégal.

    J'aime

  12. Vous nous cassez la tête. Si vous etes pas d’accord avec uber et cie changer de metier, vous êtes pas des salariés et uber et cie ont droit de choisir leur tarif et l’état n’as pas le droit d’obliger des sociétés à modifier leur condition .STOP vous vous ridiculisée. Mr le médiateur les vtc vont mentent et gagne très bien leur vie en fesant du black a la sorti de la gare et aeroport. Ne déclare pas la totalité de leur chiffre d’affaire. Et veulent nous faire croire qu’il sont pauvre alors la réalité est tout autre. 80% de chauffeur de vtc vivent très bien, 90% de chauffeur de loti sont salariés et cotise pour le chômage et ont un revenue de plus de 2000€ net + mutuelle pour 35h/semaine. Mr le médiateur bon courage en espérant que vous et sncf serait numéro 1 en france du transport de personne.

    J'aime

  13. Monsieur le médiateur,
    Je constate avec plaisir que vous arrivez dans vos conclusions sur des chiffres de rémunération soit 1700 euros, proches de ceux que j’avais évoqués dans mon billet en réponse à votre compte rendu du 13.
    Er chacun semble prendre conscience aujourd’hui que les montants qui circulent ne considèrent pas le provisionnement des congés payés soit ordinairement 10% de la rémunération perçue plus les charges du mois en cours.
    Il me paraît opportun au delà des actions d’incitation à une meilleure protection sociale que vous allez mener (et qui semblent recueillir l’aval des plateformes), que vous orientiez votre réflexion sur un point clé, lequel serait la nécessité pour les plateformes d’augmenter la rémunération des chauffeurs afin de permettre à ces derniers d’intégrer la possibilité de compenser au moins partiellement les périodes de faible activité par des prises de repos et de bénéficier d’une meilleure répartition de la valeur ajoutée produite.
    Pour fonder ma réflexion sur ce point, je reprendrai un des premiers exemples d’ubérisation connu, en tout cas par ceux d’un «certain âge», exemple pour lequel l’évolution du marché est significativement observable aujourd’hui.
    Et qui nous permettra de savoir vers quel monde nous souhaitons aller.
    D’avance je vous remercie de pardonner la longueur nécessaire de ce billet.
    Uber nous dit : (interview BFM TV de cette semaine), « nous irons là où le consommateur nous portera ».
    Et Uber, comme chacun sait, envisage à moyen terme que le passager ne paye plus pour « l’autre type dans la voiture ».
    Et que veut le consommateur ? Dépenser toujours moins pour un service toujours meilleur (ce qui est naturel).
    J’en viens à mon exemple d’ubérisation précoce et aux évolutions prévisibles:
    Première observation :
    Sous la pression des consommateurs, les pétroliers ont fini par remplacer dans les stations service, les pompistes par des robots ;
    Les pompistes se sont fait ubériser par les pétroliers…
    Du coup : aujourd’hui nous faisons nous même le plein de nos voitures !
    Deuxième observation :
    Les supermarchés, ont utilisé l’appât du carburant ‘encore moins cher’ pour faire venir les clients dans leurs magasins.
    Les pétroliers se sont fait ubériser par la grande distribution.
    Et aujourd’hui il est devenu courant de faire le plein à Carrefour sans mettre un pied dans leur magasin !

    Conséquence :
    Les pétroliers, confrontés à la concurrence de la grande distribution, sont maintenant obligés de mettre en place des stratégies marketing d’ampleur pour faire revenir les clients dans leurs stations service avec des contraintes de rentabilité extrêmement faible.
    En quoi tout cela concerne-t-il notre sujet ?
    Le consommateur surtout en ces périodes de crise est avide de gain de pouvoir d’achat. Mais baisser indéfiniment les prix pour gagner des parts de marché dans cette activité conduit dans une impasse (j’ose l’image).
    En effet la loi du « le premier gagne tout » ne s’appliquera pas dans le transport de personnes car un chauffeur ne pourra jamais prendre plus de un (deux avec pool) clients en même temps. De plus la barrière à l’entrée que constitue l’application est facilement contournable (et contournée).
    Donc Uber est contraint pour convaincre ses investisseurs de rester serein malgré les pertes considérables (liées au « don des petits pains le premier jour ») et de notoriété publique, de laisser le paradigme du « premier gagne tout » subsister pour que sa chaîne de Ponzi perdure et d’augmenter de façon exponentielle le nombre de chauffeurs pour « tuer le marché », accroitre le CA global et laisser ses actionnaires espérer un potentiel de gains.
    Pareil pour les autres plateformes. Et on sait déjà pour Heetch combien de millions d’euros vont perdre les investisseurs.
    De plus Uber doit se montrer comme une vitrine, un peu le pilote d’une franchise, à Paris pour gagner auprès des dits investisseurs le temps nécessaire à supprimer « l’autre type ».
    Cependant, « l’autre type » entre temps aura permis à Uber en lien avec Voitures Noires (pour ne pas les nommer) de constituer suffisamment de réserves pour qu’ils puissent lancer de concert leur voiture autonome, le laissant sur le carreau de la modernité.
    Ma proposition
    « L’autre type », « le partenaire » a investi du temps et de l’argent dans le développement de cette activité.
    Dans le cycle d’exploitation actuel de sa Boîte, la rémunération de ses actifs (capital et autres immobilisations) n’est pas préservée. Autrement dit, à chaque fin d’exercice il n’est pas possible de faire des dotations permettant de reconstituer à terme les investissements.
    Pour parler plus simplement, au bout de 4 ans la voiture est usée et il faut repartir à zéro sur un financement pour acquérir un nouvel outil de travail.
    Question : « l’autre type » n’est-il pas dans ces conditions purement et simplement un prolétaire ? Ce qui induit l’idée de salariat déguisé…
    La rémunération ( à hauteur de la qualification requise) devrait donc intégrer la dépréciation de cet actif soit en gros 6000 euros par an en sus d’une rémunération du capital de 10% l’an soit 500 euros et les charges du mois d’arrêt pour congés disons 2000€.
    Ainsi donc pour reprendre vos chiffres, « l’autre type » qui fait 60 heures par semaine avec l’une et/ou l’autre des plateformes devrait pouvoir gagner en 47 semaines:
    (60 h x 52 semaines x 18 €) + 6000€ + 500€ + 2000= 65000€
    Soit 23€ de l’heure, hors commission 20 à 25% à répercuter selon la plateforme.
    Ce qui représente grosso modo, il est remarquable de le constater, l’offre de départ garantie par Uber en 2015 pour recruter de nouveaux chauffeurs soit 31 euros l’heure connectée.
    Quand on sait que la vitesse moyenne dans Paris (constatée par moi sur plus de trois ans et demi) est de l’ordre de 20 km/h avec une tendance à la baisse depuis la fermeture des quais et que le temps de connexion par heure est de 40mn (voir calcul FTC pour NY City et San Francisco), la bonne formule pour une heure de connexion (avec prise en charge de deux courses par heure) pourrait être :
    [(20 km/h x prix au km) + 60 mn x prix à la minute) + (2 x prix de la prise en charge)] x τ= 31€/heure
    τ étant le taux de connexion exprimé en pourcentage d’heure (ici 66%).

    Et je pense que là on pourrait commencer à parler d’équité du partage de la valeur ajoutée.
    Pour information, en remplaçant les variables par les prix publics de chaque plateforme, on peut établir un graphe, reprenant en pourcentage du taux de connexion (100% à 50% d’une heure) les courbes de CA prévisible des chauffeurs commission incluse, ce qui règle les contestations reçues ici ou là, la seule variable étant τ le taux de connexion.
    La vraie question est: comment convaincre les plateformes d’augmenter leur prix (et non baisser leur marge) sans tomber sous le coup de la loi en termes d’entente ?
    Accessoirement, il serait bon
    d’une part, d’impliquer l’ADIE pour permettre à ces gens de financer l’acquisition des véhicules par les chauffeurs VTC sans être obligé de passer par des rapaces (voir conclusions de la FTC).
    d’autre part d’imaginer dans un deuxième temps, pour éradiquer les loueurs indélicats et autres LOTI, un mécanisme qui obligerait les chauffeurs VTC à justifier de la réelle propriété de leur véhicule ; quelque chose dans le genre de feu ATOUT France qui exigeait cette preuve sous forme de contrat de prêt ou de facture et d’éliminer ainsi les productions de justificatifs bidon (du genre location de voiture pour 6 mois par exemple).

    NB. Laisser les plateformes « aider » les impétrants, c’est rendre ces derniers dépendants. Comme on dit dans les affaires « ils sont liés par le haut et par le bas » et donc corvéables à merci.
    Bon courage,
    Patrick

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s