Jeudi 19 janvier

Bonjour à toutes et à tous,

La journée fut consacrée à écouter et dialoguer avec des chauffeurs qui m’ont été présentés par des organisations de chauffeurs: CAPA, UNSA, AMT et CFDT.

Le point central est celui des revenus du chauffeur VTC. C’est le cœur du problème. Le point dont il faut partager la compréhension pour pouvoir partager d’éventuelles solutions propres à résoudre les difficultés constatées.

L’exercice de clarification est donc indispensable. Mais il n’est pas simple tant les situations peuvent être diverses et, plus encore, les perceptions des uns et des autres.

Je souhaite tout d’abord remercier les chauffeurs qui ont pris le temps de venir me rencontrer et me présenter leur situation et leur vision des choses. Ils ont ainsi contribué à ma compréhension de la situation et, du même coup, à ma capacité à concevoir et proposer des solutions.

Je précise dès à présent qu’après avoir consacré cette journée de mercredi à rencontrer des chauffeurs conduits par les organisations de VTC, je passerai celle de jeudi à rencontrer d’autres chauffeurs présentés cette fois par les deux plus importantes plateformes: Uber et Chauffeur privé. 

Je vous rendrai compte des échanges ce jeudi soir comme je le fais pour aujourd’hui. 

Je retiens trois points des échanges de cette journée:

1) il y a convergence des témoignages sur le niveau du chiffre d’affaires moyen des chauffeurs: autour de 23€ de l’heure auxquels il convient de déduire la commission de la plateforme (25% pour Uber) et la TVA (10%). Restent pour le chauffeur 15€ par heure travaillée. Soit environ 2500 € de chiffre d’affaires mensuel pour 40h de travail hebdomadaire et 3800€ pour 60h. Notons que ce calcul exclue toute période de congés laquelle exigerait de réduire ces chiffres de 10%.Ces 15€/heure sont un chiffre d’affaires. Il faut en retirer les charges pour parvenir à la rémunération nette du Chauffeur VTC.

2) Pour les charges, les présentations qui m’ont été faites sont moins précises et moins convergentes. En essayant de retenir des moyennes, les charges pour un VTC indépendant s’élèveraient à 2000 € par mois et à 2300 € pour un salarié de capacitaire.

550 à 650 € pour la voiture 

250 à 350 € pour l’assurance

500 à 600 € pour le carburant

Environ 200 € pour le garage et le nettoyage

Environ 300 à 400 € de divers: téléphone, comptable, gestion, amendes…

Total: 1800 à 2200 € de charges fixes.

Ces charges sont fixés, et donc indépendantes du volume d’activité, hormis le carburant (essentiellement).

Enfin, pour un salarié LOTI, s’ajoutent à ces charges encore 10% environ prélevés par le capacitaire.

Le revenu mensuel du chauffeur est donc d’environ 1800 € (3800 € de recettes moins 2000 € de charges) pour 60h de travail hebdomadaires (et 500 € pour 40h).

Le chauffeur indépendant consacre un tiers de ce revenu à payer le RSI et il lui reste un revenu net disponible de 1200 € pour 60h de travail hebdo et un peu plus de 300 € pour 40h (sans aucun congés annuels, rappelons le).

Je souligne ici quelques points:

– ce sont là des moyennes qui agglomèrent des situations très contrastées, notamment en fonction du véhicule, de l’ACRE… 

– il apparaît clairement qu’il n’est pas possible de dégager un revenu permettant de vivre en travaillant 40h / semaine 

– pour 60h, le revenu net est proche du SMIC, le chauffeur n’étant couvert ni pour les accidents du travail, ni pour le chômage et ne prend pas de congés annuels 

– le chauffeur salarié LOTI a un revenu net disponible autour de 900 à 1000€ pour 60 heures travaillées plutôt que les 1200 € pour un chauffeur indépendant

– il est surprenant que les chauffeurs paient la TVA sur la part du prix payé par le client correspondant à la commission de plateforme puisqu’ils ne perçoivent pas cette commission.

Enfin les chauffeurs rencontrés soulignent que depuis octobre 2015 la situation ne cesserait de se dégrader: fin des aides au démarrage attribuées par Uber, baisse des tarifs, arrivée de très nombreux nouveaux chauffeurs, notamment via les capacitaires LOTI offrant un revenu plus faible aux chauffeurs, et donc offre croissant plus vite que la demande, effet des attentats, modèle Uber Pool moins rémunérateur pour les chauffeurs du fait de la commission de 35%, augmentation de 20 à 25% de la commission Uber…

3) Certains chauffeurs font valoir une situation bien plus dégradée 

– avoir une clientèle directe serait devenu quasi impossible compte tenu du niveau des prix trop bas pratiqués par les plateformes 

– pour nombre de chauffeurs, pour diverses raisons, le revenu net disponible serait proche de zéro 

– il serait possible de rester pour des périodes longues sous licence Hinter censées pourtant, moyennant rémunération, assurer uniquement les transitions courtes pendant les délais administratifs de délivrance des cartes VTC 

– des fraudes seraient courantes: fausses cartes VTC, permis de conduire modifié pour faire apparaître plus de 3 ans d’ancienneté, cartes grises également modifiées pour permettre à des véhicules de plus de six ans de circuler comme VTC connectés, circulation avec une assurance de particulier et non pas professionnel, déclaration d’horaires de travail minorés par des capacitaires permettant ainsi d’éviter des cotisations sociales tout en afficher un respect des taquets horaires du code du travail et même absence totale ou partielle de déclaration et de paiement des charges sociales et fiscales. 

J’ajoute un point essentiel que je demande à chacun de ne pas perdre de vue: tous ces éléments m’ont été fournis par les chauffeurs et leurs organisations. Je vois ce mercredi sur le même sujet les plateformes qui me fourniront leurs chiffres, leurs observations et leur analyse de la situation.

Publicités

7 réflexions sur “Jeudi 19 janvier

  1. Mr Le Médiateur,
    Vous allez rencontrer des chauffeurs envoyés par les plateformes. Ils ne seront pas choisis au hazard. Ils seront tries et briefés. Sachez que certaines plateformes pratiquent une sélection de chauffeurs qui sont privilégiés en leur accordant un statut qui leur permet d’avoir en permanence des courses et des courses très rentables sur des longues distances ou sur réservation chichement payés. Notamment Les mises à disposition. C’est le cas d’une minorité de chauffeurs qui au final gagnent bien leur vie. La grande majorité reste précarisée et ne bénéficie pas de ces traitements de faveurs. Certains de ces chauffeurs peuvent présenter des revenus importants sur de courtes périodes avec des amplitudes horaires sous-estimés 7/7. Ces chauffeurs ne sont pas représentatifs.

    Monsieur Le Médiateur,

    Au delà des aspects financiers liés à l’activité et des abus avérés dans les pratiques des plateformes. Je pense que la grande anomalie à corriger avant toute décision c’est LE DESEQUILIBRE FLAGRANT DANS LA RELATION DE PARTENARIAT TOTALEMENT EN FAVEUR DES PLATEFORMES.

    Le contrat de partenariat est révélateur de ce type de relation de maître à esclave. Puisque la plateforme impose absolument tout, les tarifs, Les conditions d’exercice à ces partenaires. Et ne laisse aucune possibilité à ces derniers de négocier ou modifier les clauses de ce contrat.

    Mr Le médiateur il est primordiale de mettre en cause Les contrats de partenariat et le rendre caduc et non conforme ou illégal avant toute discussion.

    La DEUXIÈME MESURE AUSSI IMPORTANTE devrait être : LA LIBÉRATION DES PRIX DU MARCHÉ.

    Aujourd’hui Uber, de part sa position dominante et hégémonique, prend en OTAGE LE MARCHÉ de transport de personneS (vtc et taxis)

    En disposant du pouvoir de définir et bloquer les prix sur ce marché, il empêche tout développement de ce dernier et entrave la croissance normale des entreprises du secteur. Au contraire il tue toute concurrence et ses propres partenaires.

    Uber joue le rôle d’un état dans l’état et se donne le rôle de « réglementeur » des prix sur le marché sans aucune étude sérieuse et sans tenir compte de la réalité et des règles du marché. Sa seule motivation serait de répondre aux exigences de ses investisseurs éloignés de la France et de sa réalité sociologique économique.

    IL FAUT LIBÉRER LE MARCHÉ ET donc LES PRIX DES GRIFFES D’UN SEUL ACTEUR HÉGÉMONIQUE DONT LES INTERETS SONT OPPOSÉS A CEUX DE SES PARTENAIRES, PUISQUE UBER REVENDIQUE LA DISPARITION DES CHAUFFEURS EN FAVEUR DE LA VOITURE AUTONOME ET LA MORT DES ENTREPRISES PARTENAIRES. Ces entreprises ne DEMANDENT QU’À EXISTER ET DE SE DEVELOPPER Pour OFFRIR DU TRAVAIL et AINSI CONTRIBUER À SORTIR LA FRANCE DE LA CRISE ET DU CHOMAGE.

    Marc H.
    Collectif UVTC

    J'aime

  2. Bonjour Monsieur,

    Merci de ce retour qui confirment le constat des différents chauffeurs avec qui j’ai discuté lors des manifestations.

    Votre remarque est extrêmement importante tant elle démontre l’abus de position dominante de Uber.

    Vis à vis des chauffeurs d’abord parce que ceux paient une commission bien plus élevée que celle affichée par UBER (25% du TTC ne vaut pas 25% du HT!)

    Vis à vis des concurrents qui, eux, s’acquittent de la TVA et appliquent lzur commission sur le HT!!

    Il y a donc un double sujet sur la TVA.

    Merci encore d’avoir retenu ce point.

    Cordialement,

    J'aime

  3. Attention
    550 à 650€ la voiture ! D’accord pour ceux qui ont obtenus un crédit,LLD, LEASING…(Devenu très difficile à obtenir)
    Mais pour ceux qui louent c’est minimum 1200 à 1900€ en fonction du modèle et conditions.
    Par exemple Voitures Noires revendique 3500 véhicules et annonce une commande de 6000 supplémentaires.

    Revoir la moyenne des frais fixe lié au véhicule svp !

    J'aime

  4. Bonjour,

    Je me répète
    On est trop nombreux pour peut de vrai vtc.
    Faire appliquer les lois sauverait le metier de vtc.
    Heetch concurrence deloyale service illégal oblige uber à pratiquée des tarifs plus bas.
    Les LOTI qui embauche des permis B sans restrictions pour transporté des « groupe de 1 personne ».

    Oui oui des groupes de 1 personne.

    Bravo

    J'aime

  5. Bonjour monsieur,

    Pouvez-vous nous dire combien de Vtc sont adhérents des syndicats auto proclamé ?
    Même pas 5% !
    Je ne me sens pas du tout représenté par ces associations et nous sommes majoritaires dans ce cas. J’ai même fait un sondage sur le site uberzone.

    Il est important de s’adresser aux concernés et non pas à des pseudos syndicat surfant sur la vague Vtc grandissante depuis 4 ans à des fins personnelles matériel et politique.

    Je pense qu’il est important d’obliger les applications a donné toutes les informations des courses « lieu de prise en charge et lieu de destination » afin de permettre aux partenaires chauffeurs d’accepter ou non, une offre ou un devis en toute transparence.
    Si je suis indépendant, je dois être libre d’accepter un contrat.
    C’est la seule revendications aux applications que je trouve légitime.

    A l’état d’ouvrir le marché du transport conventionné.
    Il m’arrive de transporter des personnes en fauteuil roulant à titre de transport de loisirs, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas le faire en conventionné.

    Merci pour ce blog.

    J'aime

    1. Uberzone, le forum infesté d’ex uberpop, taxis clandestins et heetch, où la majorité des sujets parlent de comment éviter les contrôles de « boers » lors de l’utilisation d’applis illégales type heetch ou racole devant les boites de nuits? En effet, ne vous sentez pas representés par les syndicats et associations, ceux qui n’ont pas pour vocation la defense des hors la loi.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s