Mardi 10 janvier : Réunion avec les plateformes

La première réunion avec l’ensemble des plateformes s’est terminée en fin d’après midi aujourd’hui. Elle portait sur la vision du métier VTC a l’horizon 2020.

Les plateformes présentes à la réunion semblent toutes d’accord sur trois idées:

1) Le métier de VTC est un métier d’avenir. 

La mobilité dans les grandes villes va continuer à se développer. Toute une gamme de services de transport est nécessaire pour répondre à cette demande de mobilité. Depuis la marche à pied jusqu’au RER en passant bien sûr par les VTC et les taxis. 

Les plateformes croient à cette croissance de la demande et veulent continuer à investir pour y faire face. 

2) Les plateformes ne croient que dans un seul modèle, le modèle actuel. 

Le modele actuel est celui d’une entreprise qui dispose d’une application numérique de mise en relation, qui fixe les tarifs et les conditions générales, qui s’appuie sur des chauffeurs indépendants. 

De leur point de vue, ce modele est souple et efficace. Il permet de répondre à la demande qui est forcément variable et a des pointes et des creux. 

C’est un modèle qui donne aux chauffeurs de l’autonomie dans le choix de leur rythme et leurs horaires de travail. Il leur donne la liberté de travailler avec la ou les plateformes qu’ils préfèrent. 

3) Les pouvoirs publics doivent tenir leur rôle en réformant avec équité le secteur Taxis/ VTC

Les plateformes considèrent qu’une responsabilité essentielle de l’Etat est de réguler l’activité VTC pour, à la fois, favoriser son développement et veiller à l’harmonie sociale en son sein.

Les plateformes considèrent qu’aujourd’hui, l’Etat fait fausse route lorsqu’il établit des barrières pour devenir Chauffeur VTC et pour en exercer le métier.

Pour assurer l’équilibre concurrentiel, les plateformes voudraient que l’Etat adapte la réglementation publique applicable aux taxis et aux VTC.

Il s’agit:
– de s’en tenir à des grand principes. Par exemple que cohabitent deux secteurs: celui de la maraude, réserve aux taxis; celui de la réservation, ouvert aux VTC et aux taxis. Autre exemple, évidemment important: une protection sociale adaptée aux spécificités des travailleurs indépendants que sont les chauffeurs VTC

– de procéder au rachat des licences taxis qui constituent un frein au développement de l’activité des taxis et un obstacle à l’équilibre taxis / VTC et entretiennent la situation conflictuelle entre taxis et VTC. 

Selon les plateformes c’est à ces deux conditions que sera rétabli l’équilibre économique et social de l’activité.

Demain mercredi, se tient la même réunion sur l’avenir du métier, mais cette fois avec les responsables des associations chargées de représenter les chauffeurs VTC.

Publicités

3 réflexions sur “Mardi 10 janvier : Réunion avec les plateformes

  1. Bonjour,

    J’aimerais attirer votre attention sur un point crucial : il est inadmissible que Uber puisse continuer son service Pool (courses partagées), sans que l’Etat n’intervienne, alors que ce service est absolument interdit par la loi (la « vente à la place » est interdite pour les taxis et VTC). C’est bien de discuter avec tout le monde, mais ce serait encore mieux de commencer par faire respecter la loi. Car il faut le savoir, « Pool » est un véritable fléau pour les chauffeurs : un service facturé 30% moins cher qu’une course normale avec une commission Uber de 35% (au lieu de 25%) font qu’on travaille à perte !!!

    J'aime

  2. Bonjour monsieur. Je suis adhérant sud taxi et membre du bureau de celui celui-ci . Après lecture de votre compte rendu de la réunion du mardi 10/01/2017, j’aimerai bien vous demandez pourquoi votre réunion parle de la situation du taxi et de son avenir alors qu’aucun représentant de ce métier n’est convié à vos réunions . Vous avez mentionné que la maraude électronique est exclusive et réservée au taxi, alors que tous les acteurs autour de vous la pratique en toute impunité . Est ce normal pour vous ? Cette affaire de tarif et des contrats entre les chauffeurs et les plates-formes , n’est ce pas une affaire du tribunal administratif ? Par conséquent , je vous demande de nous convier lors de votre prochaine rencontre . Vous pouvez aussi nous consulter afin de prendre en compte nos revendications et nos demandes.Sans aucune consultation de nos représentants, nousserons dans l’obligation de procéder aux blocages et à une grande manifestation avec tous les taxis de france . Cordialement . Tougri mhamed : 0651825689 de sud taxi Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J'aime

  3. Mr Rapoport, l’affirmation suivante est proprement criminelle…. Vous relayez la position des plateformes qui affirment en chœur que :

    «  »Le modele actuel est celui d’une entreprise qui dispose d’une application numérique de mise en relation, qui fixe les tarifs et les conditions générales, qui s’appuie sur des chauffeurs indépendants.

    De leur point de vue, ce modele est souple et efficace. Il permet de répondre à la demande qui est forcément variable et a des pointes et des creux.

    C’est un modèle qui donne aux chauffeurs de l’autonomie dans le choix de leur rythme et leurs horaires de travail. Il leur donne la liberté de travailler avec la ou les plateformes qu’ils préfèrent. » »

    Evidemment que le modele actuel est le SEUL VIABLE dans le VTC !!!

    et pour cause….

    Un exploitant VTC qui salarie ses chauffeurs est condamné à fermer boutique car les plateformes jonglent sur les ressources humaines au pretexte de flexibilité et d’indépendances des chauffeurs…

    Le model en effet qui ne pourra que subsister est un modele dans lequel vous laissez les plateformes controler leur TURN OVER par de sages indépendants dociles qui seront bernés par les soit disantes bonnes conditions de travail du secteur…

    or tel un aveu de leur volonté d’ESQUIVER les charges sociales, les plateformes vous disent que le modele est souple et efficace pour répondre à la demande variable et AUX COUTS DE SALARIER DES CHAUFFEURS sans presence de clientele…

    Pour vous faire comprendre…..

    C’est comme si AUCHAN ou CARREFOUR mettaient en place une rémunération de leurs hotesses de caisses nouvellement INDEPENDANTES comme les chauffeurs VTC (salariés déguisés) en ne REMUNERANT ces memes hotesses non pas en fonction de leur service de 09h à 18h mais uniquement quand un client passe en caisse… Les temps morts n’étant JAMAIS rémunérés…

    au motif que c’est le nouveau modele économique d’une « plateformisation » des hotesses de caisses…

    UBERISATION = plateformisation de la rémunération du temps de travail pour des salariés que l’on ne veut plus assumer quand il n’y a pas de revenus / clients….

    Voilà l’enjeu de l’enfumage que les plateformes sont en train de vous vendre….

    Il n’y a aucune LIBERTE des chauffeurs indépendants…

    C’est un asservissement total pour controler le TURN OVER des applications…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s