Samedi 7 janvier : Un mot sur les violences et les grèves

Samedi 7 janvier : Un mot sur les violences et les grèves.

Le médiateur est au service des chauffeurs VTC et des plateformes pour les aider à trouver une issue aux conflits qui les opposent. 

Dès que certains préfèrent essayer une autre méthode, le médiateur s’arrête de travailler.

Autrement dit, il ne peut plus y avoir de médiation efficace dès que l’une des parties utilise la violence comme moyen de pression. C’est que la violence exclue le dialogue, seul levier de la médiation.

J’ai aussi conscience que, les jours de grève, des chauffeurs se sentent menacés d’agression sur leur véhicule par leurs collègues. Comment dois je accueillir les agresseurs lorsqu’ils reviennent me voir le lendemain?

J’attends vos commentaires sur ce point.

Publicités

2 réflexions sur “Samedi 7 janvier : Un mot sur les violences et les grèves

  1. En 1789 les têtes ont été coupées ,j imagine qu’ils n auraient pas du . En 1945 la France a été libéré par les armes ,j imagine qu’ils n auraient pas du . La violence la plus grave est celle faites par les gouvernements aux chauffeurs taxis qui sont spoliés . Car les lois ne sont pas appliquées

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s